Revenir à Région Sud

Montpellier

mise à jour août 2020

Montpellier - Pedro Szekely

Pourquoi venir faire de l’endocrinologie, diabétologie, nutrition en Occitanie Est ?

La région : Des plages de sables élancées aux contreforts de l’arrière-pays, la région est d’une diversité remarquable. Pour occuper vos temps libres, il y en a pour tous les goûts : randonnées, activités nautiques, ski, contrées inhabitées… tout ce que vous voudrez, vous l’aurez. Bref, que du bon côté géographie (pas la peine de vous parler du climat). Montpellier est sur le podium des villes les plus appréciées des étudiants : jeune (50% des montpelliérains ont moins de 30 ans), dynamique, bien desservie par les transports : de quoi ravir les plus citadins !

La Faculté de Médecine de Montpellier a marqué l’Histoire de la Diabétologie et de la Nutrition. C’est à Montpellier qu’Emmanuel HEDON met en évidence le rôle endocrine du pancréas en 1890. Cinquante ans plus tard, Marcel JANBON montre le pouvoir hypoglycémiant des sulfamides et Auguste LOUBATIERES décrit en 1942 leur action sur le pancréas. Un des premiers pancréas artificiels est mis au point dans les années 1970 par Jacques MIROUZE et Jean-Louis SELAM. Une des premières pompes à insuline est implantée en 1981 par Jacques MIROUZE, Jacques BRINGER et Jean-Louis SELAM. C’est également à Montpellier que les premiers mélanges de nutrition parentérale ont été mis au point et que le 1er centre expert en nutrition a été créé par les Professeurs Claude SOLASSOL et Henri JOYEUX. Empreint de cette Histoire, Montpellier reste encore aujourd’hui une ville rayonnant sur le plan national et international dans le domaine de la diabétologie. Le dynamisme actuel est orienté sur les nouvelles technologies avec les pompes à insuline (sous-cutanée et intra-péritonéale), le pancréas artificiel, la télémédecine. Le CHU travaille aussi sur la transplantation, à la fois d’îlots de Langerhans et de pancréas. Il existe une reconnaissance nationale pour la prise en charge du pied diabétique dans notre région comme en illustre l’organisation annuelle du Congrès du Pied Diabétique à Montpellier.

L’activité d’endocrinologie est diversifiée avec possibilité de formation de la pédiatrie à l’adulte. L’ensemble des pathologies endocriniennes est pris en charge dans la région avec des liens interdisciplinaires (médecine nucléaire, oncologie, chirurgie ORL, digestive …) enrichissants pour notre formation.

Enfin, la nutrition et les maladies métaboliques sont également largement représentées aussi bien sur le plan de la dénutrition avec les Unités Transversales de Nutrition de Montpellier et de Nîmes, que du côté de l’obésité avec le Centre Spécialisé Obésité localisé au CHU de Montpellier (qui est par ailleurs l’un des tout premier centre de chirurgie bariatrique en France) ou encore sur les troubles du comportement alimentaire.

L’arrivée de 4 à 5 nouveaux internes par an, nous permet de créer facilement un dynamisme au sein de notre spécialité. Nous entretenons de très bonnes relations avec les seniors hospitaliers et libéraux, leur écoute est toujours attentive pour répondre nos besoins. Il est proposé actuellement des stages dans trois services hospitalo-universitaires et une dizaine de centres hospitaliers périphériques différents, tous à orientation endocrinologie, diabétologie, maladies métaboliques et/ou nutrition. Nous avons la chance d’avoir une belle offre de stages (largement supérieure aux effectifs des internes) qui nous permet de découvrir tous les modes d’exercices de notre discipline : stages hospitaliers en CHU ou CHG, stages de consultation, stage en établissements de santé privés, stages en laboratoire. Cette richesse a permis jusqu’à présent de proposer des projets professionnels en post-internat à chacun des internes formés dans la région.

 

Les terrains de stages en mai 2020

  • Stages ayant l’agrément pour le DES d’EDN :

CHU Montpellier Lapeyronie, Pr RENARD : très polyvalent, avec à la fois de l’endocrinologie, de la diabétologie et de la nutrition (TCA, obésité) 3 à 4 internes de spécialités par semestre

CHU Montpellier Lapeyronie, Pr AVIGNON : orientation nutrition (obésité, TCA, dénutrition) et diabétologie (avec une activité importante de pied diabétique) 3 à 4 internes de spécialité par semestre

CHU Montpellier Lapeyronie, Pr MERCIER : département de physiologie clinique et explorations métaboliques 1 interne de spécialité par semestre.

CHU Montpellier Lapeyronie, Dr PARIS : service de consultation d’endocrinologie pédiatrique associé au laboratoire d’hormonologie 1 interne de spécialité par semestre.

– Clinique Saint Roch Montpellier, Dr SARDINOUX : service d’endocrinologie-diabétologie, permettant aussi de découvrir l’activité libérale (consultation) 1 interne de spécialité par semestre.

CHU Nîmes Carrémeau, Dr GUEDJ : très diversifié avec à la fois de l’endocrinologie, de la diabétologie et de la nutrition, mais aussi la prise en charge des pathologies hormonales de la femme enceinte (diabète, thyroïde, grossesse après chirurgie bariatrique) 3 à 4 internes de spécialité par semestre.

Centre de Rééducation et Réadaptation Grau du Roi (rattaché au CHU de Nîmes), Dr SCHULDINER : SSR orientation pied diabétique, diabétologie et obésité 1 interne de spécialité par semestre.

CH Perpignan, Dr BENICHOU : endocrino-diabétologie 1 interne de spécialité par semestre.

CH Narbonne, Dr THUAN : service de médecine interne avec une importante activité endocrino-diabéto 1 poste d’interne de spécialité par semestre.

CH Béziers, Dr ANDRIEU: service de médecine interne avec une hospitalisation de semaine axée endocrinologie 1 poste d’interne de spécialité par semestre.

CH Alès, Dr BASTIDE : endocrino-diabétologie 1 interne spécialité par semestre

  • Hors filières souvent choisis par les internes d’endocrinologie :

– Médecine interne : Montpellier (orientation HTA-néphro, orientation vasculaire, orientation immuno) Nîmes, Béziers entre autres.

– Médecine nucléaire : Nîmes, Montpellier

– Néphrologie : Nîmes, Montpellier, mais souvent préférée dans les hôpitaux périphériques.

– PMA : Montpellier (1 poste par semestre réservée aux internes d’endocrino).

 

– Mais TOUS les stages hors filières sont envisageables, on peut citer ceux déjà réalisés : cardiologie, psychiatrie, pédiatrie, gynécologie, neurologie, maladies infectieuses, réanimation …

L’internat d’EDN à Montpellier :

Depuis la réforme de l’internat, nous accueillons 4 à 5 nouveaux internes par an 

La formation pratique :

Suite à la réforme du 3ème cycle des études médicales, la maquette régionale comporte :

Phase socle (1ère année) : 1 stage d’Endocrino-Diabéto et 1 stage de Nutrition, dont un semestre au CHU de Montpellier (Pr Renard ou Pr Avignon) et un semestre au CHU de Nîmes.
Phase d’approfondissement (2ème – 3ème année) : 1 stage d’Endocrino-Diabéto et 1 stage de Nutrition en CHU et/ou périphérie ; 1 stage complémentaire (à choisir parmi un large éventail de services agréés) ; 1 stage totalement libre (hors filière ou EDN selon le choix de chaque interne)
Phase de consolidation (4ème année) : a priori composée de 2 stages de 6 mois, nécessairement en EDN

Les spécificités de notre région :

– Passage obligatoire dans les 3 services hospitalo-universitaires (services du Pr RENARD et du Pr AVIGNON au CHU Lapeyronie de Montpellier, ainsi que le service du Dr GUEDJ au CHU Carrémeau de Nimes durant les 3 premières années de l’internat.

– Au moins un stage doit être effectué en périphérie : (c’est-à-dire hors CHU), avec de très nombreuses possibilités : soit loin de Montpellier pour découvrir la région et connaître la bonne ambiance des internets (Perpignan, Narbonne, Béziers, Alès, etc) soit préférer ne pas déménager et choisir des stages dans des cliniques ou instituts privés (Palavas-Les-Flots, Montpellier).

– Possibilité de faire un master 1 et 2 sans difficulté (voire thèse de science pour les plus motivés !).

– Des solutions de post-internat pour tous les internes : clinicat (3 postes de chefs de clinique à Montpellier, 1 à Nîmes), assistanat (Montpellier, Nîmes, Grau du Roi, Perpignan, Béziers), assistanat partagé entre le CHU de Montpellier et un CHG (Narbonne, Sète, Millau, Alès…).

 

La formation théorique 

  • 4 demi-journées de cours par an, à Montpellier, en vidéoconférence avec Nice et Marseille : cours théorique, cas clinique, discussion.
  • Deux journées par an, à Aix en Provence, avec les internes de Nice et Marseille : cours + présentation des mémoires de DES des internes concernés.
  • JNDES (Journées nationales de DES) : 2 jours de formation à Paris en janvier avec tous les internes de France. Facilité de participation par tous les internes : soutien et encouragement des chefs.
  • Divers congrès régionaux ou nationaux sont proposés.
  • Au quotidien la formation théorique est service-dépendant (1 à 2h hebdomadaire de cas cliniques et/ou bibliographie) mais très bonne dans l’ensemble, les seniors sont toujours disponibles.

Coordonnées utiles

  • Coordonnateur local du DES EDN : Pr Eric RENARD,

Hôpital Lapeyronie : 371 avenue du Doyen G. Giraud, 34295 MONTPELLIER CEDEX 5

Tél : 04.67.33.83.82 Mail : 

  • Coordonnateur local Nutrition : Pr Antoine AVIGNON

Hôpital Lapeyronie : 371 avenue du Doyen G. Giraud, 34295 MONTPELLIER CEDEX 5

Tél : 04.67.33.84.01 Mail : 

  • Référents internes locaux de la spécialité 2019-2020

Camille COLLIN 06 80 70 45 82

Carole-Anne JULIEN 06 33 26 41 63

Mail :

  • Syndicat des Internes du Languedoc Roussillon (SILR)
    http://www.silr.fr/ : pleins d’informations utiles et confirmer le dynamisme de l’internat à Montpelliier