Grenoble

Grenoble - le téléphérique

Pourquoi l’endocrinologie à Grenoble ?

 

  • La région : si vous êtes amoureux des sports de montagnes et des sports d’eau, Grenoble vous offrira des possibilités inégalées. Entourées par les massifs de la Chartreuse, du Vercors et de Belledonne, vous pourrez profiter des stations de ski l’hiver (à 30 minutes pour les plus proches, 1h30 pour les plus lointaines) et des nombreuses randonnées l’été. Vous pourrez également faire de la voile, du kite surf, du wakeboard dans les différents lacs de la région (Monteynard, Tencin, Paladru…)
  • Une ville très dynamique : première ville étudiante de France, Grenoble est une ville qui bouge ! Le centre-ville piéton est souvent bondé d’étudiants qui viennent profiter des happy hours dans les différents bars de la ville.
  • Une formation pratique de qualité :
    • En diabétologie : Grenoble est à la pointe dans la plupart des domaines de la diabétologie. Nous sommes notamment spécialisés dans les diabètes instables. Par ailleurs, nous pratiquons la transplantation d’ilôts de Langerhans et sommes à l’origine du réseau de transplantation française d’ilots : le GRAGIL, regroupant tous les centres de France à l’exception de Lille
    • En endocrinologie : Grenoble est spécialisé dans le syndrome de Cushing. Nous sommes le deuxième centre français derrière Paris et devant Lyon, grâce à un service d’endocrinologie de pointe et une équipe de neurochirurgiens spécialisés dans l’hypophyse.
    • En nutrition : l’accès au stage de nutrition se fait pour l’instant via la nutrition artificielle et sous condition de vouloir faire le DESC. Néanmoins, nous possédons un programme de chirurgie de l’obésité, et il devrait bientôt exister un programme de prise en charge de l’anorexie. Ceci ajouté à la réforme du DES va surement permettre la création d’un stage en nutrition, varié et de qualité.

L’internat d’endocrinologie à Grenoble :

  • 2 nouveaux internes par an en moyenne : nous sommes peu nombreux, nous nous connaissons tous et l’ambiance est donc assez familiale.
  • Un seul stage d’endocrinologie pure : c’est le gros point noir de l’internat à Grenoble, il est difficile de passer en endocrinologie pure. C’est donc chacun son tour !
  • Possibilité de faire un master sans difficulté : encouragé par les chefs, mais non obligatoire pour ceux qui ne le souhaite pas. En revanche, les personnes souhaitant faire une carrière universitaire sont encouragées à faire une thèse de science à temps plein, puis l’assistanat, plutôt que de faire les deux en même temps.
  • Post-internat : deux postes au CHU, un à Annecy, un à Chambéry.
  • Accès limité mais comme toute les autres villes au vue de l’inadéquation entre le nombre de poste et le nombre d’internes, peu de postes de PH pour la suite car les nouveaux PH sont jeunes

 

Coordonnées utiles :

  • Coordonateur régional du DES : Pr Igor Tauveron
  • Coordonateur local du DES : Pr Olivier Chabre
  • Coordonateur local du DESC de PMA : Pr Pascale Hoffmann
  • Coordonateur local du DESC de nutrition : Pr Eric Fontaine 
  • Référente des internes 2015 – 2016 : Eve Melloul (coordonnées nous contacter)

 

La formation théorique :

  • Séminaires inter-régionaux à Lyon en moyenne tous les deux mois, avec facilité de participation pour tous les internes (soutien des chefs)
  • Journées Nationales du DES : 2 jours par an à Paris
  • Diverses journées régionales ou locales
  • Au quotidien, formation pratique très bonne dans tous les services, CHU et périphérie.
  • Au CHU, séance de bibliographie hebdomadaire, un peu dépendante de la disponibilité des chefs…
  • En périphérie :
    • A Annecy : une à deux présentations à faire par interne + réunion mensuelle de dossiers
    • A Chambéry :  nombreux cours théorique par les chefs en Endocrinologie et Diabétologie

Les terrains de stage :

  1. Ayant l’agrément pour le DES d’endocrinologie
    1. CHU, Diabétologie, Pr Benhamou : 2 postes d’internes en hospitalisation conventionnelle
    2. CHU, Endocrinologie, Pr Chabre : 1 poste d’interne, qui fait à la fois de l’hospitalisation conventionnelle et l’HDJ
    3. CH Annecy, Dr Carreau : 1 poste d’interne, en hôpital de semaine, beaucoup de diabétologie, quelques bilans endocriniens, mais surtout possibilité d’assister aux consultations d’endocrinologie, très formatrices
    4. CH de Chambéry, Dr Duboulay : 1 poste d’interne, stage couplé à la néphrologie pour 3 mois, avec hospitalisation conventionnelle, HDS de Diabétologie et Endocrinologie (avec accès aux stages d’éducation), accès aux consultations.
    5. CH de Sallanches : 1 poste, vient d’ouvrir
  2. Autres stages souvent choisis par les internes d’endocrinologie
    1. Néphrologie : stage plébiscité des internes, le plus souvent fait au CHU, mais possible à Annecy ou Chambéry
    2. Cardiologie : 2ème stage phare, en HDJ cardiologie au CHU, possible dans les autres hôpitaux (Clinique mutualiste, Annecy, Voiron, Chambéry)
    3. PMA : 1 poste réservé au CHU pour les internes d’endocrinologie depuis l’année 2015
    4. Pédiatrie : activité conséquente, mais nous sommes souvent en concurrence avec d’autres internes dans d’autres domaines de la pédiatrie et le stage est donc difficile à avoir. Nous réfléchissons aux possibilités pour améliorer l’accès au stage.
    5. Médecine interne : accès facile au CHU comme à la clinique mutualiste.
    6. Globalement, il est assez facile d’avoir des hors filières si vous avez un projet bien particulier !

 

Et pour finir, vous trouverez sur le site de l’Association des internes de médecine de Grenoble (AIMG) plein d’infos intéressantes !

Share Button